Entretien avec George Pau-Langevin, ministre déléguée auprès du ministre de l’Éducation nationale

George PAU-LANGEVIN

Retranscription de l’entretien avec George Pau-Langevin

Extraits :

Moi, je crois qu’effectivement on est assez surpris, de voir l’utilisation qui est faite de l’épouvantail immigration dans l’assemblée actuelle [NDR : entretien en 2011], justement nous étions un certain nombre à penser qu’il ne fallait pas que le FN entre à l’assemblée parce qu’il y avait des propos dignes du FN et on ne voulait pas les entendre dans une enceinte comme l’assemblée. Or on s’aperçoit qu’aujourd’hui il y a une fraction des députés de droite qui tiennent des discours qui ne seraient pas désavoués par le FN. Curieusement ce sont souvent des députés Sud Est et d’ailleurs de régions qui ne sont pas spécialement des régions qui semblent à feu et à sang, les Alpes maritimes, on se dit que ça ne doit pas être si épouvantable de vivre dans les Alpes Maritimes, et je ne comprends pas pourquoi ces députés tiennent des discours qui sont vraiment à la limite du FN.

[…]

Il est clair que lorsqu’on tient un certain nombre de discours notamment sur les jeunes, sur la délinquance des jeunes issus de l’immigration, il est très clair cela a une visée c’est de satisfaire une certaine conception de la France qui est particulièrement recroquevillée sur elle-même.

[…]

Je pense qu’il y a une tendance de fond en Europe qui est de vouloir se protéger contre le monde. Le fait que le monde change, et c’est vrai que cette idée de vouloir se protéger de l’immigration c’est quelque chose qui est une constante à travers tout, quelque soit l’évolution des gouvernements, il y a toujours cette notion qu’on risque d’être envahi, de perdre notre identité, de perdre nos valeurs à cause de l’envahissement de peuples qui sont venus d’ailleurs.

[…]

On est à la fois un pays où il y a le FN qui est au deuxième tour de présidentielle en 2002 et un pays où vous avez un nombre de mariages mixtes considérable, donc avec un métissage considérable. On est un pays où l’adoption d’enfants du tiers monde est considérable aussi.

[…]

Là où aujourd’hui la xénophobie est devenue, me semble-t-il, plus dangereuse, c’est que elle prend justement ce visage un peu souriant.

[…]

Ce qui est bizarre, c’est que l’on est sur un discours, j’allais dire, schizophrène. Parce que en fait, vous allez constater que la gauche a un discours beaucoup plus humaniste, et heureusement parce que je me reconnais dans ce que fait la gauche, mais elle a quand même mis en place des centres de rétention. Elle a quand même essayé de mettre en œuvre une politique qui limitait, toujours la fameuse théorie de l’appel d’air, qui limitait l’arrivée d’étrangers en France ou facilitait le départ de ceux qui n’avaient pas trouver de job.

[…]

Si vous regardez bien pourquoi on modifie sans cesse les lois contre l’immigration, ça va dans un sens comme dans l’autre, à chaque fois quand la gauche est là, elle essaie de voter une loi qui soit plus libérale et quand la droite revient elle refait la loi Pasqua. À chaque fois, c’est Pénélope, on fait dans un sens et on défait dans l’autre. Globalement on peut considérer qu’au fur et à mesure on ne revient jamais au point de départ. Quand j’ai commencé à militer, les africains n’avaient pas de titres de séjour par exemple, ils rentraient, ils sortaient, cela semblait normal.

[…]

Dans ce pays, on n’est pas totalement franc … puisque on ne veut pas faire des études pour justement ne pas voir où on en est. Nous on dit, « nous sommes bien meilleurs que les anglais, nous nous avons une intégration qui est mieux faire, les anglais, horreur sont des communautaristes, donc ça ne permet pas les même mélanges » ; mais ils ont peut être une effectivement une organisation par communauté mais ils ont aussi une­ politique d’intégration très active, une lutte anti-discrimination qui est très active et justement. Ils vérifient en faisant des enquêtes, où on en est et quand l’enquête montre qu’il y a un retard sur tel point, ils corrigent. Et surtout, je pense que les anglais sont très attentifs à l’importance des modèles et c’est ainsi qu’ils ont très tôt permis qu’il y aient des élus issus de toutes les minorités et aujourd’hui, il y en a quand même beaucoup, et ils ont même fait en sorte que qu’il y aient des Lords issus des minorités, c’est vrai qu’on peut se dire que évidemment celui qui galère dans une banlieue pourrie plutôt que d’avoir un Lord qui est asiatique ou qui est caribéen ça ne change pas sa vie de tous les jours mais sur le plan symbolique c’est quand même extrêmement important.

[…]

Quelque part me semble t il, il y a une volonté de montrer du doigt pour un certain nombre de problèmes mais pas de prendre des mesures simples et concrètes pour les régler.

[…]

 

Vous pouvez aussi télécharger l’intégralité de l’entretien avec George Pau-Langevin.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s